Quand la lutte contre les mines redonne espoir à la paix

Les 4 et 5 juin 2004 s’est tenu à Bogota le « premier forum international sur les mines, les acteurs non-étatiques et les accords humanitaires ». Ce forum était organisé conjointement par l’Appel de Genève et la Campagne Colombienne contre les mines et avait pour but d’évaluer la situation de l’usage des mines par les guérillas colombiennes, de partager des expériences d’accords humanitaires et d’évaluer les possibilités d’appliquer ce genre d’accords aux mines. Durant deux jours les témoignages des communautés qui souffrent de la présence des mines, des victimes et de leurs familles, ont permis de rappeler aux participants la réalité de celles et ceux qui vivent dans les zones minées. Les possibilités d’aide pour des programmes d’action contre les mines ont été ensuite largement évoquées par des organisations internationales spécialisées (FSD, MAG, GICHD, etc) ainsi que par l’OEA et le CICR. Enfin l’Union Européenne a réaffirmé son plein soutien à la lutte contre les mines et à tout processus de dialogue. La discussion sur les accords humanitaires a souligné l’absolue nécessité d’obtenir du gouvernement qu’il accepte et respecte des accords conclus entre des communautés locales et les guérillas.
C’est le Vice-Président de Colombie lui-même, Dr. Francisco Santos, qui a ouvert le forum par une déclaration intitulée : « L’heure de cesser les hostilités », dans laquelle il a rappelé la volonté du gouvernement de donner la priorité à la lutte contre les mines et d’autoriser l’Appel de Genève à mener des discussions avec les guérillas sur cette question. Il a aussi saisi l’occasion offerte par ce forum pour annoncer que le gouvernement colombien était prêt à ouvrir des négociations de paix avec l’ELN.
Le point fort de ce forum aura incontestablement été la présence de Francisco Galan, leader de l’ELN, emprisonné depuis plusieurs années à la prison de haute sécurité d’Itagui à Medellin.
De manière tout à fait exceptionnelle, le gouvernement colombien a autorisé Francisco Galan à quitter la prison pour quelques heures et à venir faire une déclaration devant les participants à ce forum. (Francisco Galan a également rencontré l’Ambassadeur du Mexique afin de discuter des possibilités pour le gouvernement mexicain de jouer le rôle de négociateur dans un éventuel processus de paix)
Face à des centaines de personnes et de journalistes, Francisco Galan a lu un texte du Commandement Central de l’ELN, dont la conclusion est la suivante :

 « L’ELN propose de travailler sur un accord humanitaire, dans lequel nous voulons trouver une entente sur la limitation de l’utilisation des mines et des engins explosifs improvisés, une amnistie générale pour les prisonniers politiques et de guerre, et un cessez-le-feu bilatéral temporaire. Ces accords peuvent tous ensemble ouvrir une porte à la solution politique tant désirée par les Colombiens. Nous invitons l’organisation l’Appel de Genève et la Campagne Colombienne contre les mines à nous accompagner dans ce processus pour construire un accord humanitaire. »

Cette déclaration est la première que l’ELN fait en public sur les mines et intervient après de nombreux mois de négociations avec l’ELN menées par la Campagne Colombienne contre les mines et l’Appel de Genève, et plusieurs rencontres avec Francisco Galan à la prison d’Itagui. A l’occasion de ce forum, les forces paramilitaires ont fait parvenir un message aux organisateurs les invitant à venir discuter avec elles de leur politique sur les mines. Quant aux FARC, ils n’ont pour l’heure pas souhaité faire part de leur position. Le forum s’est ensuite conclu par une déclaration finale soulignant l’importance de lutter contre les mines en Colombie et de travailler aux plans régional et local avec les guérillas. (cf annexe)

Pour conclure, l’Appel de Genève et la Campagne colombienne relèvent qu’une fois de plus le constat peut être fait que les négociations sur les mines avec des groupes armés rebelles peuvent ouvrir des chemins de négociations de paix et se réjouissent de cet espoir qui renaît en Colombie.

Elisabeth Reusse-Decrey, présidente de l’Appel de Genève +079 411 70 10
Alvaro Jimenez, Campagne Colombienne contre les mines : +57 31 0322 1576
Mehmet Balci, Appel de Genève, directeur de programme pour la Colombie : +33 6 17915107

Bogota et Genève, le 8 juin 2004

En annexe : photo et déclaration finale du Forum Sur la photo : 1er plan : Francisco Galan, leader et porte-parole de l’ELN Lupi Herrera, Observatoire contre les mines, Gouvernement de Colombie Elisabeth Reusse-Decrey, présidente de l’Appel de Genève 2ème plan à gauche : Alvaro Jimenez, coordinateur de la Campagne Colombienne contre les mines Mehmet Balci, Appel de Genève, directeur de programme pour la Colombie

Pour en savoir plus sur le programme de l’Appel de Genève en Colombie, veuillez consulter notre Newsletter no 2 sur notre site web (www.genevacall.org).

2019 © Geneva Call Tous droits réservés - Made with ♥ by Buxum Communication