Le vendredi 30 septembre 2022, la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) a signé l’Acte d’engagement pour la protection des soins de santé pendant les conflits armés lors d’une cérémonie à huis clos organisée par l’Appel de Genève sous les auspices de la République et Canton de Genève.

Dans ce document, la CMA s’est formellement engagée à respecter les normes humanitaires internationales insistant sur la protection du « personnel de santé, des installations et des transports sanitaires », ainsi que des « blessés et des malades », et à adhérer aux « principes de l’éthique médicale. »

La CMA a été créée en 2014 comme une coalition de mouvements politico-militaires composée du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), présents au Mali dans les régions de Tombouctou, Gao, Kidal, Taoudeni et Ménaka. En 2015, la CMA est devenue signataire de l’accord de paix et de réconciliation d’Alger avec le gouvernement malien.

La signature de l’Acte d’engagement sur la protection des soins médicaux dans les conflits armés marque une étape importante dans le dialogue humanitaire de l’Appel de Genève avec la CMA initié au Mali depuis 2018.

Le directeur général de l’Appel de Genève, Alain Délétroz, a été rejoint lors de la cérémonie de signature par deux membres de la CMA : Attaye Ag Mohamed, Membre du bureau exécutif en charge des questions juridiques et des droits humains et chef de la délégation de la CMA au sein du comité de suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali signé en 2015, et Mohamed Elmaouloud Ramadan, membre du comité directeur de la CMA et du comité de pilotage et de la Commission nationale de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.

 

 

Lors de la cérémonie, M. Délétroz a salué l’engagement de la CMA en rappelant l’importance primordiale de la protection des soins de santé dans les situations de conflits armés. « Les attaques contre les hôpitaux, les transports médicaux et les agents de santé ont augmenté de manière significative dans les zones de conflit ces dernières années, paralysant les services d’urgence et perturbant la population locale – avec des impacts dévastateurs sur la vie du personnel et des patients, qu’il s’agisse de civils ou de combattants blessés, ciblés parce qu’ils sont parmi les plus vulnérables » a déclaré Délétroz. « Malheureusement, le Mali n’est pas épargné par cette tendance. La détérioration de la situation sécuritaire s’est également traduite par des difficultés accrues d’accès des populations aux centres de santé et par la prise pour cible régulière des agents de santé », a déclaré M. Délétroz.

Malgré sa « diversité d’opinion sur certains sujets de société, la CMA a pu s’accorder sur un document reprenant les principaux thèmes du droit international humanitaire », a déclaré Attaye Ag Mohamed, ajoutant que la coalition a bénéficié du soutien et de l’expertise de l’Appel de Genève. « Nous avons notamment travaillé de près à la révision de notre code de conduite militaire, qui reflète notre engagement à placer le respect des normes du DIH au centre de nos actions », a déclaré Attaye Ag Mohamed.

« La signature de cet Acte d’Engagement marque donc une nouvelle phase », a-t-il ajouté. « Il nous appartient d’en généraliser l’usage sur le terrain par la sensibilisation et la formation sur ce sujet important. Cela sera au cœur du plan d’action que nous avons établi ensemble ».

 

 

L’Appel de Genève reste préoccupé par la situation d’un grand nombre de civils touchés par le conflit. Pour M. Délétroz, cette première signature d’Acte d’Engagement « est aussi un engagement » pour l’Appel de Genève. Celui de continuer à accompagner la CMA dans ses efforts pour appliquer les mesures convenues dans un plan de mise en œuvre élaboré conjointement avec l’équipe. Car seule une mise en œuvre précise et soutenue permettra aux Actes d’Engagement de prendre tout leur sens et d’avoir un impact sur les civils qui méritent une meilleure protection. « Nous espérons également que cette signature pourra servir d’encouragement à tous les acteurs maliens qui ont un rôle et une responsabilité pour assurer la protection des civils », a déclaré M. Délétroz.

Le Canton de Genève a accueilli la cérémonie de signature en tant que gardien des Actes d’Engagement de l’Appel de Genève. Beatrice Ferrari, Directrice des affaires internationales du Canton de Genève, a déclaré que le document « exprime officiellement un engagement envers la responsabilité de protéger la santé des personnes » et qu’il était approprié qu’il soit signé dans une salle historique avec une forte « tradition humanitaire » issue des accords précédents.

Moussa Touré, directeur pays de l’Appel de Genève au Mali, a qualifié ce premier Acte d’Engagement d' »avancée majeure » qui « marque vraiment le début d’un engagement concret ».

Selon M. Touré, l’Appel de Genève utilise les normes humanitaires internationales pour rappeler aux parties non gouvernementales à un conflit qu’elles ont l’obligation de protéger les soins de santé et de permettre l’accès des travailleurs humanitaires et de la population civile.

Une fois que les groupes prennent conscience de leurs obligations, a-t-il dit, « on peut les amener à s’impliquer davantage et à mieux se mobiliser afin de faciliter le travail des organisations humanitaires spécialisées dans ce domaine, mais aussi de favoriser l’accès des populations civiles aux soins de santé. »

2022 © Geneva Call Tous droits réservés - Made with ♥ by Buxum Communication